VI - Le CATHOLIQUE au FIL des JOURS 
 
 
401. La journée d'un catholique se passe ainsi: 
1. Au réveil, il se met à genoux, fait le signe de la croix et l'offrande de sa journée à Dieu (2157, 2698). 
2. Il participe à la messe dans la mesure du possible (1416.1436). 
3. Il accomplit les charges de son devoir d'état (2834). 
4. Il s'assoit à la table en récitant le Bénédicité et les Grâces (2698). 
5. Il pourvoit aux besoins des pauvres à la mesure de ses moyens (1435). 
6. Il fait son examen de conscience et sa prière du soir à la fin du jour (en famille si possible) (2685.2691). Aussi, il fréquente souvent le sacrement du pardon, voire tous les mois (1458). 
 
402. En tant que catholiques, nous devons sanctifier nos actions en les offrant à Dieu. (2157.2745). 
 
403. Face à la maladie, aux souffrances et aux peines de la vie, l'attitude du catholique sera de les accepter patiemment en union aux souffrances de Jésus, en réparation pour ses péchés et ceux des autres. (1014.1435.1460). 
 
404. L'attitude du catholique face aux tentations sera d'intensifier sa vie de prière et d'éviter les occasions de péché (2340.2612).  
 
405. Si nous savons que nous sommes en état de péché mortel, faisons un acte d'humilité, demandons pardon à Dieu par un acte de contrition parfaite et confessons-nous aussitôt possible (1452). 
 
406. Si nous voyons un de nos proches ou un de nos amis tomber subitement gravement malade, il nous faut appeler le médecin, inviter le malade à se procurer les secours du prêtre et le disposer à recevoir les sacrements. 
 
407. Les quatre formes de pénitence sont: la prière, l'aumône, le renoncement (mortification) et le jeûne (1434). 
 
408. La prière devient une forme de pénitence par rapport à l'effort et au temps que nous lui consacrons, temps qui pourrait bien souvent être utilisé pour faire tant de choses, même utiles ou simplement récréatives. 
 
409. L'aumône est une privation que nous faisons ou offrons pour le soulagement de notre prochain dans la misère. Cette forme de pénitence nous aide à nous détacher de l'argent qui peut nous écarter de Dieu. 
 
410. Se renoncer ou se mortifier, c'est freiner des désirs de sa sensibilité ou sensualité, même permis, dans le but de se soumettre davantage aux directives de la raison et de l'Esprit de Dieu (2015). 
 
411. Le jeûne est devenu une forme de pénitence durant le Carême parce que Jésus lui-même, avant de commencer sa vie publique, jeûna pendant 40 jours. Plusieurs saints(es) ont suivi l'exemple de Jésus en jeûnant, mais il est toujours sage et prudent d'en parler au préalable à notre confesseur si nous avons l'intention de faire des jeûnes prolongés. 
 
412. Les deux temps forts de pénitence dans la vie liturgique de l'Église sont l'Avent (préparation des quatre semaines avant Noël) et le Carême (préparation des quarante jours avant Pâques). 413. Ces formes de pénitence ne sont pas suffisantes si elles ne sont pas animées par le désir de la conversion du coeur (1430). 414. Les pénitences les plus recommandées sont celles qui nous aident à mieux accomplir notre devoir d'état.